Le Pouvoir Du “NON”! (French Language)

LE MOUVEMENT DE LA DECROISSANCE

1: LE POUVOIR DU “NON”

By Brigitte Kayser-Scherman (2020)

Alors que le capitalisme approche de sa fin inéluctable à grands pas, la “décroissance économique” s’apprête à remplacer notre culture de gaspillage outrancier responsable du bouleversement écologique et sociétal. En fait, cette transition drastique se profilant à l’horizon pointe à l’évidence que le capitalisme ne parviendra jamais à se fixer de lui-même. Notamment parce que la quête des profits est ce qui fait que la loi des marchés choisira toujours l’exploitation des ressources naturelles et humaines aux dépens du respect de la vie.

Avant de continuer, il est essentiel de préciser que le Mouvement De La Décrossance a pris forme au debut des années 70 mais a du tristement attendre pendant près de 40 ans pour que l’état de la planète nous oblige à le remarquer. Nous élaborerons plus à ce sujet dans les semaines qui viennent.

La compétition dérive directement de la notion de valeur, laquelle ne pouvant exister sans les droits de propriété. Mais dès l’on commence à cogiter, et vu les catastrophes écologiques, ces droits n’ont aucun sens à proprement parler. En réalité, et parce que nous faisons partie de biosystèmes supranaturels, nous ne pouvons même pas revendiquer le droit à notre corps. Tout au plus, nous sommes responsables de celui-ci, et le maintenir en bon état de marche. Et ce à juste titre, personne ne peut posséder l’Univers parce que notre fonction est d’avoir un rôle défini dans son déroulement.

Si la plupart de nos produits étaient manufacturés en tenant compte de l’impact sur l’environnement, les salaires de misère et la durabilité des matériels, les marchés boursiers feraient banqueroute en quelques heures. Vouloir devenir riche serait associé à un acte de folie, voire criminel.

Aujourd’hui le mirage est en train de s’effondrer par le fait même que la connaissance avance rapidement et interpelle notre devoir de reconnaitre la nature en tant qu’entité avant d’agir. Une prise de conscience universelle. L’accumulation de richesse est une notion inventée par l’admiration pour une hiérarchie instiguant elle-même la stratification sociale. Le concepte de hiérarchie est donc un consensus difficile à surmonter étant donné nous avons tous un besoin de valorisation personnelle. Mais celle-ci est antagoniste au succès matériel.

Malheureusement, et comme nous pouvons le constater, cela va faire près de 4 mille ans que ce contrôle oligarchique est en place. Seul un changement de paradigme pourra y remédier car il s’agit une bataille entre deux états d’esprit opposés. La fin de cette perception très ancienne aura forcément son “rite de passage” vers une liberté inimaginable aujourd’hui .

Ce nouveau paradigme pourrait initier pas mal de turbulences mais nous pouvons minimiser celles-ci à condition d’abandonner nos modes de pensée obsolètes, de nous tourner vers une “culture de partage et d’accès” et réaliser que la décroissance est la nouvelle réalité et abolissons la monétisation de la vie. Après tout on ne peut résoudre avec l’argent les problèmes causés par l’argent. Ce qui donne l’impression de marcher sur une échelle individuelle, ne fonctionne pas à celle mondiale, et aussi parce que l’entraide et la fraternité sont des axiomes existentiels.

La vénération du matérialisme est ce qui nous a précipités dans cette impasse, et c’est absolument prophétique. Parce que l’ego à tendance à suivre la piste de la moindre résistance (tout comme l’argent), il en a été d’autant plus facile à “ceux qui savent” de nous contraindre à accepter leurs monopolys.

Comme il s’agit avant tout d’une confrontation psychologique, la résolution d’un tel enjeu demandera d’adopter une indifférence totale envers toute forme hiérarchie. Nous développerons cela ultérieurement.

Beaucoup ont perdu leur identité d’être humains parce que la société endure des mécanismes très répétitifs et donc abrutissants. Sans la publicité associant le matérialisme à la liberté, la plupart des gens se sentent perdus. Notre système est aberrant tant de niveaux.

Voici un exemple simple: près de 700kg d’ailerons de requin ont été saisis dans PortMiami et valaient entre $700,000 and $1 million. Selon le principe de l’offre et la demande, plus les requins sont difficiles à pêcher parce que qui ils se font plus rares, le plus le prix des ailerons augmente. Il y a donc quelque chose qui ne va pas avec ce consensus de marché. Détruire la nature rapporte plus. Des millions de requins sont tués chaque année, juste pour leurs ailerons, alors que la plupart des consommateurs ignorent que les requins doivent attendre 10 à 12 ans afin de pouvoir se reproduire.

L’extermination des requins et autres espèces est assurée si nous continuons à ignorer cette barbarisme économique mandaté par le profit. La vie est sacrée avant tout, et il est grand temps de commencer à crier avec toute la force de nos poumons:

NON!

Leave a Reply

Your email address will not be published.Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.